Laurent Gorgiard

Laurent Gorgiard réalisait des films d'animation depuis 1993. Le court métrage L'Homme aux bras ballants, prix spécial du jury au Festival d'Annecy 1998, la série Court-circuit ou le clip La Plume pour le groupe Louise Attaque, sont toujours diffusés à travers le monde. Laurent a quitté les sentiers buissonniers qu'il appréciait tant, en août 2003. Il avait 38 ans, deux petites filles et de nouveaux films au bout des doigts.

Laurent avait un rapport particulier à Annecy. Comme tous les réalisateurs, il rêvait de présenter un film au Festival, ce n'était toutefois pas le seul lien qu'il entretenait avec la ville. Quand il a décidé d'adapter la nouvelle illustrée L'Homme aux bras ballants , il a découvert que son auteur, Gilles Gozzer, vivait à Annecy-le-Vieux. Mais de Rennes à Annecy, il y avait une belle distance à parcourir. Alors, pour leur première rencontre, Laurent et Gilles ont décidé de se rejoindre à Paris, dans un bistrot de Montparnasse. Laurent n'envisageait pas de tourner son film sans avoir l'aval de Gozzer.

C'est à cette occasion qu'il lui a présenté, inquiet, une première version du storyboard. Et Gilles, calmement, lui a expliqué qu'il trouvait son adaptation trop lourde. Il n'y retrouvait pas L'Albatros , le poème de Baudelaire qui avait inspiré son récit. Laurent reprit le train et, sur le chemin du retour, il réécrivit son scénario. L'idée de l'ombre, le double en apesanteur du personnage, le "ballant" comme il l'appelait, était né de cette rencontre.

Plus d'un an après l'échange au bistrot de Montparnasse, Laurent et Gilles se sont retrouvés à Annecy pour le Festival, où L'Homme aux bras ballants était en compétition. Laurent avait du mal à y croire et Gilles était heureux que le film soit projeté dans sa ville. Et puis, ce fut le soir de la remise des prix. Laurent a respiré bien fort. Il a tendu les muscles, il n'a pas vraiment compris, il s'est envolé… (via)




"L'homme aux bras ballants" (1997)